RADIO FRANCE INTER SPÉCIAL CANNES 2014 I CANNES SE MOBILISE POUR LE CINÉMA GUIMBI DE BOBO DIOULASSO I Le Festival international de films de Cannes, ce sont des stars, des films du monde entier, mais aussi -parfois- des opérations de solidarité. Exemple, avec cette mobilisation pour la réouverture d’un cinéma mythique de Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso, le ciné Guimbi.

 

Bobo-Dioulasso, 600 000 habitants, ancienne capitale du temps des colonies, n’a plus de cinéma. Et pourtant, en 1956, avant l’indépendance, c’est là qu’ouvre le premier cinéma géré par un Africain, dans un quartier qui n’est pas réservé aux colons.

Ce cinéma en plein air doit son nom à la princesse Guimbi Ouattara, véritable héroïne de la ville de Bobo, mais elle n’a rien pu faire face à l’explosion du marché de la vidéo et du DVD pirate. Ces phénomènes ont ruiné le Guimbi, dont ne subsiste plus aujourd’hui que l’écran en béton attaqué par des moisissures. Mais les choses bougent, et le réalisateur, le producteur Berni Goldblat, à l’origine du projet de réhabilitation, est optimiste.

« On a réussi à racheter le terrain. On a de l’argent pour commencer le chantier. L’année passée, on a rencontré un architecte qui s’appelle Jean-Marc Lalo. C’est l’architecte de la cinémathèque de Tanger et aussi l’architecte de trois nouvelles salles de cinéma à Dakar. Il a également fait un cinéma à Kaboul. Bref, c’est un spécialiste de salles de ciné. Pour Bobo, il nous a fait une magnifique maquette avec laquelle on pourra faire notre permis de construire. On fait les sondages au sol et au mois de juillet on commence le chantier. »

L’architecte Jean-Marc Lalo a dessiné un bâtiment d’inspiration sahélo-soudanaise, avec un dôme en fer forgé. Si tout va bien, l’ouverture des trois salles, sur 1 400 mètres carrés, est prévue fin 2015

 

Sébastien Jédor I  Radio France Internationale (RFI) I 20/05/2014